AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Soit le bienvenue chez les Saints Invité
Le forum a changé de thème ! J'espère qu'il vous plait ! ^_^
Nous recrutons ! Tentez votre chance chez les Saints !
Amusez-vous bien sur notre forum et n'hésitez pas à participer ! Tout le monde y est invité !

Partagez| .

Le Dieu au double visage, Daemon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Le Dieu au double visage, Daemon Dim 16 Sep - 14:40

« Des mouches aux mains d’enfants espiègles, voici ce que nous sommes aux yeux des Dieux. Ils nous tuent pour s’amuser ! »
William Shakespeare

Une naissance, naissance qui ne peut être réellement proclamée en tant que telle mais plutôt une venue dans un monde qui en est tout le contraste. Le monde des Enfers avait comme spécificité d’accueillir les âmes du monde des vivants afin de les jeter dans les abysses infini d’un monde en perdition, concentrant toute la douleur des hommes. Douleur, Désespoir, Haine, Désillusion, Jalousie, Paresse, Luxure…Les humains étaient riches en sentiments mais leurs faiblesses résidaient dans le fait qu’ils ne savaient pas l’exprimer à leur voisin. Aime ton prochain ? Quelle exécrable tirade d’un Dieu qui n’avait pas les yeux en face des trous.

Lorsque ce sont des Dieux qui naissent, on ne peut réellement parler de résultat d’une union entre une mère et un père, qu’il y a un héritage de gênes et tout le schéma normalisé afin de procréer mais est dû à l’emmagasinement des sentiments néfastes des humains. Tout cet amas de sentiments ainsi que la magie du Dieu Hypnos fonda l’être que nous connaissons aujourd’hui : Daemon. Naissant de sexe masculin, l’un des 4 Dieux des Rêves était une concentration de luxure, jalousie ainsi que de sadisme. Et comme tout être qui ne connaissait nullement le schéma normal, sa corpulence était celle d’un adulte humain. Sa première vision dans le monde des Enfers n’était autre que son père, frère mais aussi grand maitre qui le regardait de haut. Un Dieu parmi les Dieux cherchant à recruter les meilleurs éléments afin de pouvoir vaincre les Saints d’Athéna se regroupant tous dans une Guerre Sainte dont l’issue n’était encore décidée. Au moment de la naissance de Daemon, les hommes étaient peu évolués technologiquement, n’avait pas une vision très évoluée des choses mais leurs compétences étaient bien réelles. Tout cela avec le port du flamboyant nom d’Hadès, grand maitre des Enfers et pierre ultime d’un édifice cauchemardesque. Première vision d’un rêve devenant réalité. Sentant l’univers sombre ornant son esprit, l’enlaçant dans les abimes du désespoir afin de pouvoir servir de guides aux humains. Daemon ne pouvait se sentir mieux que dans cette dite situation. Affichant un sourire friand de combats, notre protagoniste fit allégeance à l’homme qui lui avait tout donné pour répandre les Enfers sur cette planète. Comment pouvait-il en faire autrement ? Il venait de naitre parmi les plus hauts, il n’allait pas tout compromettre pour une quelconque histoire de fierté. A genoux devant l’un des grands, une légende allait naitre.

Ses fonctions en tant qu’un des combattants attitré d’Hypnos furent très vite assimilées afin d’accompagner ses frères dans le monde des rêves, de pouvoir conserver un rôle protecteur pour un monde où toutes les âmes prisonnières n’en sont jamais ressorties. Une autre nature funeste des Enfers et qui, dans un certain élan de sadisme, peut s’avérer bien plus cruel que le puits aux âmes car manipuler le rêve des âmes veut dire appliquer son bon vouloir. Cependant, c'est son palais des rêves qui représente son réel domaine en y enfermant les âmes des plus grands héros capable de représenter un danger potentiel. Daemon s’est vu, plusieurs fois, amusé par la manipulation des espoirs de ses adversaires, de leurs passés et jouait à leur faire revivre de mauvais moments, créait des scènes toujours plus horribles pour qu’au final, l’âme soit entièrement plongée dans les méandres d’une angoisse funeste. Et ce n'est pas le port d'une armure sombre comme le néant qui allait calmer les ardeurs de notre nouveau Dieu. En portant cet ensemble offrant des capacités uniques en son genre, notre cher protagoniste au caractère fort joueur se voyait capable de résister aux pouvoirs de chevaliers comme si c'étaient des frappes quelconques. Sans pour autant s'octroyer d'une immortalité au combat, Daemon se voyait acquérir un pouvoir si grand qu'il allait pouvoir soumettre bon nombre d'humains et jouer avec leurs âmes éphémères mais tellement flamboyantes de vie.

Pour se rappeler de sa première victime, il faut remonter aux temps bien anciens, des temps si reclus que l'on ne pourrait exprimer une date. Tout ce dont se souvenait Daemon était le lointain horizon vide de toute vie, un désert de rochers proliférant des menaces métaphoriques sous un vent flamboyant et carnassier. S'étant rendu en ce lieu néfaste sans réelles compréhensions, le fils d'Hypnos venait afin de découvrir tous les pouvoirs de la nature. Jeune encore de quelques jours, découvrant à peine son cosmos, Daemon cherchait à exploiter ses compétences sur la première victime venue avant l'approche de la Guerre Sainte. Quel ne fut pas le délice de découvrir un village dans les montagnes ornant cette immensité. Flânant sous son apparence féminine, le Divin sous sa forme féminine croisa un jeune garçon sale, affaibli par la famine et la guerre, portant sur son dos une énorme carafe d'eau. Sur le coup, l'incompréhension gagna notre héros avant d'avoir la réponse dans quelques jours mais cela sera une histoire de quelques lignes.

La discussion s’entama entre les deux protagonistes, Daemon cherchait à connaitre les pensées d'un si frêle garçon sans pour autant exprimer de la pitié. Comparez la situation entre vous, humain, et une fourmi faisant sa route en portant une grosse mie de pain. Certains seraient amusés de connaitre l'intention de cet insecte ainsi que sa route, simplement pour satisfaire une soif de curiosité sans pour autant apporter une aide. Vous vous voyez prendre la mie de pain de la fourmi pour l'amener à sa colonie? Eh bien le cas était semblable ici présent. La jeune fille questionna le jeune enfant, cherchant à connaitre les intentions d'un tel acte:

"Ma mère est gravement malade, nous n'avons pas le moindre sous pour financer un médecin alors j'apporte de l'eau afin qu'elle puisse baisser sa température." annonça t-il en souriant bêtement, comme s'il prenait la situation sans en souffrir. La jeune fausse Déesse balança sa tête sur le côté en cherchant à comprendre le geste de l'enfant. Pourquoi faire tant d'efforts alors que ça ne servait à rien? Que les humains étaient stupides de croire que de l'eau suffirait au rétablissement d'une malade. S'il suffisait d'une telle chose alors les Dieux n'auraient pas conférés aux humains l'art et la connaissance de la médecine. Quel petit inconscient mais sa bravoure était bien plus amusante que Daemon l'aurait pensé. Voyant qu'il montait le chemin de la montagne, elle fit mine de le suivre sans un mot avant que l'enfant ne se tourne vers elle afin de lui demander "Je...Je fatigue...Pourriez-vous m'aider s'il vous plait?"

Pouffant de rire sous cette demande inattendue, notre protagoniste s'amusait de voir la naïveté de ce frêle petit être. Dieu qu'il était si beau de voir la croyance en son prochain, il pensait réellement qu'elle/il se donnerait du mal pour quelqu'un d'inconnu? Balivernes! Et sans une once de doutes ou de remords, les mots sortirent de la bouche de la belle demoiselle: "Tu rêves! Je ne suis pas là pour te venir en aide cher bambin d'humain. Je ne suis là qu'en observation. Continue, je prends des notes!" et il reprit sa route sous la bannière de la déception. Il était amusant de voir l'espoir qui régnait dans l'esprit d'un si petit être avec aucune capacité, seulement sa volonté. Le vent aride attaquait son souffle par les voies respiratoires, faisant de lui une victime facile. Le soleil était harassant par ses rayons sans pitiés, la montée était si impressionnante que l'on pourrait penser à une mauvaise blague pour faire flancher les jambes du garçon. Mais celui-ci ne flancha pas. Il n'avait même plus la force de questionner la voyageuse sur la raison de sa venue sur ces terres ou encore le pourquoi du port d'une armure noire. Il se contentait seulement d'avancer en luttant contre la nature. Baignant dans ses croyances jusqu'à ce qu'il arrive à proximité du sommet du village. La lumière des flammes ornant sa vision médusé par ce qu'il interprétait.

Village enflammé, le brasier dévorant chaque parcelle du bois des habitations pendant que les locataires se faisaient pourfendre par les innombrables spectres venus satisfaire l'appel incognito de Daemon qui observa le spectacle. Lors de la montée, l'être divin fit appel à quelques hommes de main afin de réduire à néant l'espoir dans lequel baignait l'enfant, impuissant sous cette vision cauchemardesque...Ricanant, Daemon s'approcha discrètement de lui, l'enlaça de ses bras légers ornés de son armure du Tartare pendant que sa main droite caressa langoureusement la joue du même côté. Le visage près de son oreille, l'être démoniaque murmura sensuellement "Quel sentiment te submerge actuellement? La haine? Le désir de vengeance? L'espoir de survie de ta génitrice? Exprime moi ton ressenti." s'ensuivit ensuite un petit mordillement d'oreille avant de se reculer de quelques pas. Le jeu était si amusant au point que le frisson parcourait l'ensemble du corps de notre harpie. Daemon prenait un pied total en voyant le désespoir envahissant l'enfant qui se tourna vers l'auteur du massacre et tenta de lever son poing.

Acte vain qui s'ensuivit d'une attaque amenant l'esprit de l'enfant à rejoindre les fantasmes les plus profonds. Ses désirs devenant une occupation pour l'être au double visage qui, lentement, se lassait de voir ce rêve. Ce doux désir de vivre heureux auprès des siens dans une contrée où ils ne manquaient de rien, qu'ils vivaient même dans un palace avec tout ce qu'ils voulaient. Paradoxe même de la vie qu'il n'avait pas mais c'est ce qui représentait bien le fantasme des humains: cela représentait ce qu'ils n'avaient pas et ne pourraient jamais avoir. Une bonne leçon d'apprise pour notre protagoniste des rêves.
« Si tu veux pouvoir accepter la vie, sois prêt à accepter la mort. »
Sigmund Freud
De nature joueur, comme présenté précédemment, Daemon ne se présente pas comme un homme devant tous mais enveloppe son corps d’une enveloppe charnelle de sexe féminin. Il trouvait, avant tout, l'apparence d'une femme comme le summum de la pureté humaine. Un enfant était trop geignard et ne représentait pas l'image qu"il voulait transparaitre de son esprit perfide. C'est pourquoi la femme semblait être ce qu'il voulait le plus représenter devant tous. Et puis, il était parfaitement dans son rôle efféminé bien qu'il ne souhaitait pas faire non plus dans les gags que l'on pourrait entendre sur les homosexuels. Non, il jouait un double masque: celui de la jeune fille aux tendances étranges envers les personnes du même sexe et le véritable visage sadique et friand de connaitre toujours plus l'esprit humain. Se complaisant à taquiner ses adversaires en jouant un rôle étrange, ne se prenant pas au sérieux dans les combats qu’il mène. De toute manière, l’essentiel étant de vaincre l’ennemi. Qui peut bien se soucier de la manière dont il mène la bataille ? Bon, il se peut que ce soit au grand désarroi de ses frères des rêves mais il avait sa propre vision des choses. Il ne savait pas prendre un combat au sérieux tant que son adversaire ne prouvait pas sa valeur durant le duel. Peut-être le voyait-on sérieux rapidement lorsqu’il se voyait en face d’un opposant vêtu d’une armure dorée.

Et dans sa grande fourberie, les pouvoirs de son univers personnel se voient être Morphia, le monde des rêves des Héros et Créateur de Morphia mais aussi du fantasme. Pouvoir immense qui peut réduire à néant toute motivation de son adversaire aussi bien par l’absorption de sentiments cachés que peut provoquer notre protagoniste. Cauchemars ou rêves, impuissances ou héroïsme, tant de notions des rêves peuvent être exploitées afin de réduire à néant la motivation de ses adversaires. C’est par ces pouvoirs que le chevalier noir parvint à vaincre, dans les temps anciens, de grands chevaliers d’Athéna en usant de fourberies, n’affrontant pas directement les adversaires contrairement à d’autres qui aimaient faire acte de noblesses ou encore en un contre un. Daemon s’est toujours délecté d’affronter de grands crocs comme le chevalier du Lion des anciens temps ou encore celui du Taureau qui sont des combattants au corps à corps contrairement à d’autres adversaires qui n'usaient pas de cette noblesse d'âme. Chaque guerre avait son lot de morts et d’émotions, de souffrances mais quand on voyait que les armées des Enfers ne connaissaient pas la mort alors le choix du vainqueur ne pouvait être plus évident.
« Veux tu apprendre à bien vivre, apprend auparavant à bien mourir »
Confucius
Le plus grand duel qu’avait connu notre fils d’Hypnos fut lors de la dernière guerre sainte au XVI ième Siècle, un duel des plus impressionnants mais aussi dégageant un cosmos d’une fureur immense mais aussi pétrifiante. Daemon se souviendra toujours de ce moment funeste où il fut dos au mur dans un duel contre l’ancien chevalier d’Or du Verseau. Le combat avait fait rage pendant des heures dans la maison du dit guerrier, chaque camp cherchant à abattre l’autre et Daemon n’aurait jamais pensé que son adversaire lui causerait autant de dommages alors que ce n’était qu’un simple humain. Les échanges faisaient trembler la terre de l’habitat et le cosmos s’intensifiait afin de décourager l’autre. Pendant que ses frères luttaient dans les autres maisons, le Dieu des rêves se faisait gelé par des attaques tellement glaciales qu’elles atteignaient les articulations. Par chance, l’humain succomba à ses blessures psychologiques ainsi que physiques pendant que le spectre se fit réanimer par son père supérieur. Le réveil se fit sur une défaite d’Hadès dont l’esprit retourna dans les abysses infernales alors que les Dieux Jumeaux n’avaient fais aucune apparition dans le combat ! Cependant, après ce réveil brutal, une certaine haine naquit dans le cœur de notre Dieu qui se souviendra éternellement de sa confrontation l’ayant mit en péril alors que ce n’était que contre un simple humain ! Regardant de haut son cadavre luisant le sol de sa lumière dorée, Daemon se promit de ne plus jamais perdre la face contre ce signe à l’avenir. Une sorte de rivalité à sens unique puisqu’il sera le seul à se souvenir de ce duel mais cela lui anima une certaine fureur et une envie d’être plus puissant qu’un simple guerrier d’Athéna. De ne plus se trouver dans une telle situation.

Aujourd’hui, de nouveaux combats se préparaient, les duels allaient être encore plus féroces par la nature même des chevaliers au front. Poséidon, Zeus, Athéna, Hadès, et j’en passe les divers et variés maitre des éléments…Tous firent appel à leurs combattants ainsi que leurs puissances pour participer à cette guerre avec, comme prix, la Terre dans son ensemble et la soumission des autres concurrents. Il ne pouvait pas rater une occasion aussi belle de faire ses preuves mais aussi de soumettre bon nombre d’adversaires plus fous les uns que les autres. L’histoire promettait d’être tâchée d’une hémoglobine belle et délicieuse…Une bonne occasion aussi de pouvoir remettre son duel contre le Verseau à jour, car le précédent fit preuve d’un talent unique mais qu’en est-il de celui de cette génération ? Il allait le savoir dans les prochains mois qui viendront.

Revenir en haut Aller en bas

Le Dieu au double visage, Daemon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Double face /PV\
» Sylas, le visage à double face
» Hadès, dieu des enfers. (Terminé)
» Le ministre Genéus rentre dans le débat sur la double nationalité.
» LA COMMISSION SUR LA DOUBLE NATIONALITE MIEUX EFFECTIVE QUE CELLE DE L'ARMEE !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre ville :: Temple du role play-